Bill C-13

Version française ci-dessous

[su_divider top=”no”] May 13, 2014

The House of Commons’ Standing Committee on Justice and Human Rights

Ottawa, Ont., CANADA

Mr. Chair,

Good morning and thank you for allowing me to come here today and express my thoughts on Bill C-13.
My name is Glen Canning. In April of 2013 my daughter, Rehtaeh Parsons, ended her life following a very traumatic sexual assault and months of cyber-harassment.

The worst part of the harassment she endured involved a photo that was spread by text messaging and on social media.

I would first of all like to clarify that the lens I’m looking through is much different from the lens others may be using when looking at Bill C-13 and in searching for a workable resolution.

I am a father who has lost a daughter. A beautiful, intelligent, kind, and promising daughter. Because of that I am angry, I am hurt, and I am determined to do what I can to address and attempt to fix a serious flaw in our criminal justice system.

The more serious aspect of the flaw has left police officers trying to fight what I liken to ‘guerrilla warfare’ using conventional tactics that are outdated, slow, ineffective, and often misguided.

Many families facing a crisis similar to ours share much of the same stories. Officers are often unsure what to do, what laws to apply, or how to gather evidence from online sources.

I recently spoke to a young woman who was stalked online and had an image passed around her high school. The image showed a young man holding a hunting rifle standing in front of a tree with the photo tacked to it. The photo was of the young woman and her eyes were shot out. The police officer she spoke to told her the best way to fight this was to stay off Facebook.

The first and most important step we need to take to combat online crime involving harassment, stalking, threats, and image sharing, is to stop treating the victims like they are part of the problem. They are as innocent as a drunk driving victim.

Our family has been deeply and forever changed by what happened to Rehtaeh.

Much of Rehtaeh’s story has been very public…

A fifteen year old girl going to a sleep over at a friend’s house. Innocent enough — most parents can relate to that. During that night she has a drink, then a few too many – she is young and hasn’t yet experienced the quick effects of alcohol.

In the next few days a story spreads that she slept with four boys. She recalls nothing. Then a photo is shared. It shows Rehtaeh, hanging out a window, naked from the waist down, while a male performs a sex act on her and looks at the camera smiling, giving a thumbs up. Rehtaeh had no idea any of this happened.

The police are called, and the photo goes viral. Police officers are told who took it, who has it, and what is being done with it.

They do nothing. They seize no cell phones, track no phone numbers, speak to no witnesses, and gather no evidence. In the end the only cell phone they went after was Rehtaeh’s. They had warrants in for cellular data but the warrants took months to process. The damage was done. Hundreds of people had, and most likely still have, that photograph of Rehtaeh.

The police later claim what happened with the photo was not a police or law enforcement issue. They stood by and did nothing as her life was destroyed and told us it wasn’t an issue for them.

Now I’d like you consider something completely different. Same girl, same incident, and the same photo.
In this version of the story, the police see a clear violation of the law. They immediately turn to telecom companies to find out who the photo has been shared with. They do everything they can to stop its spread and to hold the sharers responsible. They do this in a matter of hours.

Most importantly, they make sure that when Rehtaeh Parsons tries to start her life over at a new school that the image isn’t going to show up and tear her apart all over again.

Our daughter’s story remains a very public story. It’s easy for almost anyone to picture her in their minds. Her smile, her glasses, her long hair. Most of you have families; children of your own. Picture someone you love – which story ending would you prefer?

Bill C-13 is not going to replace indifference or incompetence when it comes to addressing cyber-crime. But hopefully, due to stories like Rehtaeh’s, Amanda Todd’s, and Jamie Hubley’s, police departments across Canada are getting the message that this can be deadly and it needs to be addressed quickly and effectively.

We live in an age of instant messaging and viral videos. Everyday, Canadians go online to enrich their lives, share their dreams, reach out to family and friends, and expand their horizons.

Others do so to hunt children, lure teenagers, spread hate, to terrorize and torment and rejoice in bringing pain and sadness to others.

Social media, the Internet, text messaging, email, shares, and numerous other means of mass communication have all dramatically changed the way we reach out to each other. When Rehtaeh died her mother shared a post on Facebook that literally spread throughout the world in a matter of hours. It’s that fast and that powerful.

In the wrong hands it’s just as fast and it’s just as powerful. Someone in Rehtaeh’s shoes won’t be helped unless the speed of that help is as viral as the problem.

I do believe, if properly enforced, the amendments in Bill C-13 would have made a difference to our daughter. I will never know if the police had the power and ability to stop that photo from spreading. If they had, it’s quite possible I’d be looking at Rehtaeh’s picture in a Yearbook instead of in a newspaper article.

I respect privacy as much as any Canadian; however, I believe Bill C-13 is not about an invasion of privacy — it is about allowing police officers to effectively address the many challenges of instant mass communication and abuse.

Technology has changed our lives dramatically and we need to provide new tools so police officers can hold accountable those who use this technology to hurt and torment others.

I am not standing before you today with concerns or worries about what Bill C-13 might mean to privacy. I am before you today because we can’t have another Rehtaeh Parsons.

It seems so out of place to complain about privacy while our children openly terrorize each other to death for Likes on Facebook.

I’m not presenting you with evidence of whose life has been destroyed by an invasion of privacy – in fact, I don’t believe anyone has done that. Instead, I’m here to underscore the impact of a life lost because we have failed to prevent the distribution of images that could have saved that life – Rehtaeh’s life.

My daughter’s life.

Thank you.

Sincerely yours,

Glen Canning

[su_divider]

Glen Canning
Halifax, Nouvelle-Écosse

13 mai 2014
Le Comité permanent de la justice et des droits de la Chambre des communes
Ottawa, Ontario, Canada.

Monsieur le président,
Bonjour et merci de me permettre ici aujourd’hui et d’exprimer mes pensées sur le projet de loi C-13.

Mon nom est Glen Canning. En Avril 2013, ma fille, Rehtaeh Parsons, a terminé sa vie à la suite d’une agression et des mois de cyber-harcèlement sexuel très traumatisante.

Le pire de harcèlement qu’elle a enduré impliqué une photo qui a été transmise par la messagerie texte et sur les médias sociaux.

Je voudrais tout d’abord à préciser que l’objectif que je suis à la recherche par le biais est très différente des autres de lentilles peut être utilise lorsque l’on regarde le projet de loi C-13 et dans la recherche d’une résolution viable.

Je suis un père qui a perdu une fille. Une belle fille, intelligente, gentille et prometteuse. A cause de cela je suis en colère, je suis blessé, et je suis déterminé à faire ce que je peux faire face et tenter de réparer une grave lacune dans notre système de justice pénale.

L’aspect plus grave de la faille a laissé les agents de police en essayant de combattre ce que je compare à «guérilla» en utilisant des tactiques classiques qui sont à jour, lent, inefficace et souvent erronée.

Beaucoup de familles confrontées à une crise semblable à la nôtre ont beaucoup des mêmes histoires. Les agents ne savent souvent pas quoi faire, quelles lois s’appliquent à; ou comment recueillir des preuves à partir de sources en ligne.

J’ai récemment parlé à une jeune femme qui a été traquées en ligne et eu une image passée autour de son école secondaire. L’image montre un jeune homme tenant un fusil de chasse, debout devant un arbre avec la photo cloué à elle. La photo était de la jeune femme et ses yeux ont été tournés sur. L’officier de police a parlé à son dit que la meilleure façon de lutter contre cela devait rester hors de Facebook.

La première et plus importante étape que nous devons prendre pour lutter contre la criminalité en ligne de harcèlement, le harcèlement, les menaces et le partage d’images, est de cesser de traiter les victimes comme ils sont une partie du problème. Ils sont innocents comme une victime de l’alcool au volant.

Notre famille a été profondément et à jamais changée par ce qui s’est passé à Rehtaeh.
Une grande partie de l’histoire de Rethaeh a été très publique ….

Une vieille fille de quinze ans d’aller à un sommeil plus à la maison d’un ami, assez innocent – la plupart des parents peut se rapporter à cela. Au cours de cette nuit, elle a un verre, puis un peu trop – elle est jeune et n’a pas encore subi les effets rapides de l’alcool.

Dans les prochains jours une histoire se propage qu’elle a couché avec quatre garçons. Elle ne se souvient de rien. Ensuite, une photo est partagée. Il montre Rehtaeh, sortir d’une fenêtre, nue de la taille aux pieds, tandis qu’un mâle effectue un acte sexuel sur elle et regarde la caméra en souriant, donnant un coup de pouce. Rehtaeh n’avait aucune idée de tout ce qui s’était passé.

Les policiers ont été appelés, et la photo va virale. Les agents de police sont dit qui l’a prise, qui l’a, et ce qui est fait avec elle.

Ils ne font rien. Ils s’emparent pas de téléphones cellulaires, de suivre aucun numéro de téléphone, parlent pas de témoins et de recueillir aucune preuve. En fin de compte le seul téléphone cellulaire ils sont allés après était de Rehtaeh. Ils avaient des bons de souscription pour les données cellulaires, mais les bons de souscription ont pris des mois à traiter. Le mal était fait. Des centaines de personnes ont dû, et très probablement encore, cette photographie de Rehtaeh.

La police affirme plus tard que ce qui s’est passé avec la photo n’était pas une question de police ou d’application de la loi. Ils se tenaient à ne rien faire que sa vie a été détruite et nous ont dit que ce n’était pas un problème pour eux.

Maintenant, je voudrais que vous considériez quelque chose de complètement différent. Même fille, même incident, et la même photo.

Dans cette version de l’histoire, les policiers voient une violation claire de la loi. Ils se tournent immédiatement vers les entreprises de télécommunications à savoir qui la photo a été partagée avec. Ils font tout ce qu’ils peuvent pour arrêter sa propagation et maintenez les partageurs responsable. Ils le font en quelques heures.

Plus important encore, ils font en sorte que, lorsque Rehtaeh Parsons tente de stat sa vie sur une nouvelle école que l’image ne va pas se montrer et lui déchirer à nouveau.

L’histoire de notre fille reste une histoire très publique. Il est facile pour presque tout le monde à son image dans leur esprit. Son sourire, ses lunettes, ses longs cheveux. La plupart d’entre vous ont des familles ; de vos propres enfants. Imaginez quelqu’un que vous aimez – quelle histoire fin préférez-vous?

Le projet de loi C- 13 ne va pas remplacer l’indifférence ou l’incompétence quand il s’agit d’aborder la cybercriminalité. Mais j’espère que, grâce à des histoires comme Rehtaeh, Amanda Todd, et de Jamie Hubley, les services de police de partout au Canada reçoivent le message que cela peut être mortel et il doit être traité rapidement et efficacement.

Nous vivons dans une ère de la messagerie instantanée et les vidéos virales. Les Canadiens ordinaires vont en ligne pour enrichir leur vie, partager leurs rêves, atteindre à la famille et les amis, et élargir leurs horizons.

D’autres le font pour chasser les enfants, les adolescents attirer, répandre la haine, de terroriser et de tourment et de se réjouir de saumurage douleur et de tristesse pour les autres.

Les médias sociaux, l’Internet, la messagerie texte, courriel, actions, et de nombreux autres moyens de communication de masse ont tout changé radicalement la façon dont nous tendons la main à l’autre. Lorsque Rehtaeh mort sa mère a partagé un post sur Facebook qui a littéralement répandu dans le monde en quelques heures. C’est que rapide et puissant.

Dans de mauvaises mains, il est tout aussi rapide et il est tout aussi puissant. Quelqu’un dans les chaussures de Rehtaeh ne sera pas aidé à moins que la vitesse de cette aide soit aussi virale comme le problème.

Je crois, si elles sont correctement appliquées, les modifications du projet de loi C- 13 n’est pas sur une invasion de la vie privée- il s’agit de permettre aux policiers de répondre efficacement aux nombreux défis de la communication de masse instantanée et d’abus.

La technologie a changé nos vies de façon spectaculaire et nous avons besoin de fournir de nouveaux outils afin que les agents de police puissent demander des comptes à ceux qui utilisent cette technologie pour faire du mal et tourmenter les autres.

Je ne suis pas ici devant vous aujourd’hui avec les préoccupations ou inquiétudes au sujet de ce projet de loi C – 13 pourrait signifier à la vie privée. Je suis devant vous aujourd’hui parce que nous ne pouvons pas avoir un autre Rehtaeh Parsons.

Il semble donc hors de propos de se plaindre de la vie privée alors que nos enfants terrorisent ouvertement l’autre à mort pour les Likes sur Facebook.

Je ne vous présenter des éléments de preuve dont la vie a été détruite par une invasion de la vie privée- en fait, je ne crois pas que quiconque ait fait. Au lieu de cela, je ici de souligner l’impact d’une vie perdue parce que nous n’avons pas réussi à empêcher la diffusion d’images qui auraient pu sauver la vie – la vie de Rehtaeh.

La vie de ma fille.

Je vous remercie.

Cordialement,

Glen Canning

By | 2016-10-21T21:43:18+00:00 May 13th, 2014|Categories: Cyberbullying|Tags: , , , , , , , |1 Comment

One Comment

  1. Kim Findlay May 13, 2014 at 8:54 pm

    I know “be the change” has always has been important to your family. Thank you for the strength you have shown and being a part of the change that will help so many.

Comments are closed.

%d bloggers like this: